Quiconque s’est renseigne un brin sur claque touristique sait combien le tourisme de masse est devastateur pour l’environnement ecologique et social.

Quiconque s’est renseigne un brin sur claque touristique sait combien le tourisme de masse est devastateur pour l’environnement ecologique et social.

Salaires mediocres, personnel non-syndique et corveable, devastation du sous-sol et des nappes phreatiques, des coraux, etc

Surtout, ces lieux d’urbanisation massive paraissent concus Afin de favoriser la paresse, non seulement du corps mais aussi de l’esprit, et les comportements depourvus de curiosite. Et pourtant, n’est-il pas possible de consulter autrement les lieux de tourisme de masse ? Nous vous donnons trois exemples : en Thailande, en Espagne et au Mexique.

Le tourisme de masse reste connu Afin de l’envergure des degats qu’il cause au niveau environnemental, moins – helas ! – i  propos des plans social, culturel et donc anthropologique. Il va falloir dire que la construction soudaine de villes artificielles, dans des pays ou le respect de l’humain et de l’ecologie n’a jamais ete tres predominant, ne pourra qu’avoir des consequences dramatiques. A Cancun, l’erection d’une ville nouvelle a l’emplacement de et cela n’etait jusqu’alors qu’un village de pecheurs, a fera passer la population de divers dizaines a quelque 630 000 habitants en l’espace de 4 decennies. Notre presence massive et soudaine d’une population usant les ressources naturelles, ainsi, surtout de touristes dont nos habitudes de consommation suivant les standards occidentaux sont, en comparaison, demesurees, ont cause de graves degats environnementaux.

Outre le ravage des nappes phreatiques et la production colossale d’ordures, signalons la destruction d’la moitie du recif corallien en trois grosses decennies…

Cela a eu de lourdes consequences Quand l’ouragan Wilma frappa en 2005 tout le nord des Caraibes. Et c’est i  nouveau sans parler des effets qu’une presence massive de cons-sots-mateurs peut generer : Ibiza ou Cancun sont reputees comme « plaques tournantes » du narcotrafic; le tourisme sexuel fera que Bangkok spontanement evoque surtout la prostitution tous terrains (pedophilie, femmes, hommes, ladyboys…), hausse d’la delinquance (on nous a rapporte l’eventualite des Maldives ou de l’ile Maurice), multiplication des petits magasins dedies a l’arnaque des portefeuilles-sur-patte qu’on appelle « touristes ». Et la liste reste loin d’etre exhaustive.

Or, des « paradis » vendus avec nos professionnels en tromperie touristique ne doivent jamais leur reputation a pas grand chose. Seulement, profiter d’un lieu merveilleux entoure de milliers d’individus semblables dans leur desir, dans leur gestes, dans leur consommation… qu’y a-t-il En plus desagreable si on se crois unique, individuel, different ? Pour se sentir un brin moins mouton, meme dans ces capitales d’la moutonnerie mondiale, il va suffire pourtant d’etre un brin curieux et de porter sa curiosite plus loin que la majorite des semblables.

Thailande : en marge en Full Moon Party de Koh Phangan

La Full Moon Party est une fete mensuelle d’envergure, ou se reunissent pele-mele DJs plus ou moins mediocres, routards-teufeurs, prostituees et dealers (a l’occasion, de meche avec la police locale). Une fai§on de mini Spring Break mensuel dedie a J’ai porcherie touristique des Occidentaux qui oublient qu’hors de leur pays, il DГ©couvrez-en plus ici conviendrait de se rappeler que individu entier ne crois ni n’agit aucune la meme maniere.

Et pourtant Koh Phangan reste une ile magnifique, a J’ai beaute sauvage et dont l’urbanisme bien limite permet de s’y detendre tranquillement. Il va suffire seulement de s’eloigner un peu des zones rouges de la bruyante imbecillite touristique… « Quitte a se Realiser sa propre teuf en petit comite loin de Lady Gaga, des dealers, du bruit, du whisky-coca et de la fureur ».

Ibiza (Espagne) : le revers de l’univers d’une teuf

L’ile est connue tel une des capitales mondiales d’une teuf – et, complement logique, une plaque tournante du narcotrafic – et on y rattache volontiers les noms d’une paire de « neantisateurs » David & Cathy Guetta.

Connue aussi pour ses marches artisanaux ou ses « hippies », l’ile reste suffisamment grosse et diverse afin d’offrir a toutes les gens quelque peu curieuses des vacances qui ne se limiteraient gui?re au combo du vide ordinaire a quoi se resument des capitales du tourisme de masse. Il y a en effet diverses demarches ecologiques tres originales, meritant ma visite, des grottes etonnantes, des paysages remarquables dans l’arriere-pays qui attirent minimum des touristes, plus massivement avides de bronzette et de teuf… Or donc, pourquoi ne pas visiter l’ile d’Ibiza differemment ?

Par exemple s’eloigner de Cancun ?

Pour bon nombre, Cancun reste, Afin de leur voyage au Mexique, le point de chute… et Afin de tout penser : le point final. Pour avoir visite cette capitale du tourisme de masse, une telle ville sans histoire et dediee principalement a satisfaire des caprices des touristes majoritairement blancs, je peux affirmer qu’on n’y degote rien de ce qu’on va a bon droit esperer d’un week-end : quasiment aucune Mexicains, quasiment aucune bouffe traditionnelle, mais la fete partout et le Mexique utilise comme pretexte Afin de des noms fantaisistes de restos et boutiques (Plaza Notre Fiesta, Casa Tequila, etc. : un brin comme la chanson « Sur un air latino » de Lorie)… A quoi sert de voyager si loin de chez soi pour se trouver au sein d’ une zone de confort surprotegee et concue pour eviter absolument bien imprevu, toute surprise qui ne soit nullement commercialisee ? Sentiment d’etre dans un espace sterile et humainement froid tel une prestation d’urgences, ou l’on vient soigner sa blessure aupres de professionnels aux gestes cliniques.

Cancun, pour nous, fut l’aeroport d’arrivee et la zone de repos durant deux jours : nous ne voulions pas y demeurer, mais plutot fuir votre univers contraire a des valeurs et a les gouts. Forcement, on est descendu tranquillement par la lagune de Bacalar, tout au sud de l’Etat de Quintana Roo, non loin une frontiere avec le Belize. Nous nous levames tot et, 6h de bus prochainement, nous arrivions dans votre lieu magique, paisible, un village de moins de 11 000 habitants s’etirant paresseusement le long de sa propre lagune bleu azur, sous votre soleil eclatant. Promenades, baignades, certains rencontres et une soiree de fete dans le bar Rincon Pirata. Il y a la de quoi passer une jolie semaine de vacances, en famille ou en famille, au soleil, loin d’la sterile agitation d’une Riviera Maya et de Cancun, dont on sait trop bien que ceux qui y travaillent seront avant chaque chose des serfs des capitalistes qui prosperent la.

Forme via deux amis, Mikael et Kalagan (auteur du blog eponyme) en 2012, Voyageurs du Net se donnait initialement pour but de defendre une vision du tourisme et du voyage alternative au tourisme de masse. Moyen passant, la ligne editoriale du website a evolue, explorant projets communautaires ou ecotouristiques, analysant aussi le fait touristique concernant piece, a partir d’exemples bien concrets et d’experiences vecues. Voyageurs du Net prepare a present, Afin de 2014, deux gros projets : une nouvelle version du site, plus riche et plus professionnelle, ainsi qu’un premier eBook.

Leave a Comment

Your email address will not be published.